lundi 3 mars 2008

Contrôle technique moto : Manifestation monstre dans le Vaucluse le 1er mars 2008

Pompes à fric

"Je n’avais jamais vu autant de motos" nous a dit cette charmante sorguaise, sourire aux lèvres, alors qu’elle était bloquée par l’imposant cortège.

Une chose est sûre : Si l’intention de Monsieur Mariani, en déposant sa proposition visant à imposer un contrôle technique aux 2-roues motorisés, était de mesurer sa côte de popularité auprès des motards, il peut se targuer d’avoir réussi son effet !

Près de 500 motos de toutes cylindrées et de tous styles, y compris des scooters, des trikes et quelques cyclos, soit plus de 600 motard(e)s, ont répondu à l’appel de la FFMC 84 pour signifier au député du Vaucluse leur refus d’une proposition de loi qui a toutes les qualités de la poudre aux yeux.

Affiche

Elles et ils sont venus parfois de loin pour exprimer leur désaccord. Des départements limitrophes (Bouches-du-Rhône, Var, Gard, Drôme, Alpes de Hautes-Provence, Ardèche) mais aussi d’encore plus loin (Rhône, Hérault, Paris et même Belgique). On n’en oublie sûrement. Des adhérent(e)s FFMC, bien sûr, mais aussi beaucoup de sympathisant(e)s et motard(e)s anonymes peu coutumiers des manifestations. Des moto-clubs venus en nombre et, notamment, le Moto-Club d’Avignon venu apporter officiellement le soutien de la FFM.

La concentration a débuté un peu avant 14 heures, rue de la République en Avignon, face au square Perdiguier, sous un ciel de printemps d’un bleu sans nuages. Rapidement, le parc à 2-roues s’est révélé trop exigu et les trottoirs se sont transformés en une sorte de salon de la moto improvisé. Les badauds n’en croyaient pas leurs yeux et, pour certains, en ont profité pour faire le plein de photos.

Présentation officielle de la poubelle

Francis, le coordinateur de la Fédé 84 a pris sa plus belle voix et son beau mégaphone pour rappeler à tous les motifs de cette manifestation :

Demander à Monsieur Mariani, député du Vaucluse, de retirer sa proposition de loi "parce que nous ne voulons pas de ce contrôle technique, inutile en termes de sécurité routière, qui grèvera notre budget alors que l’entretien de nos motos nous coûte déjà si cher et alors que notre pouvoir d’achat régresse comme celui de tous les Français."

"Aujourd’hui, nous sommes là pour dire haut et fort notre refus de ce nouveau racket au profit exclusif des organismes de contrôle technique (Autosûr et compagnie)... Nous ne baisserons pas les bras et si cela est nécessaire nous nous mobiliserons à nouveau après les élections, à tout moment, pour montrer notre refus déterminé. Ceci est un avertissement solennel."

Sur quoi, le cortège s’est ébranlé, vers 15 heures, pour rejoindre Orange par la Nationale 7, en passant par Sorgues. Et c’est vrai que, de mémoire de Vauclusien, on n’avait jamais vu un tel défilé de motos !

Manif

L’avenue Charles de Gaulle à Orange, siège de la permanence de Monsieur Mariani, n’a rien à voir avec les Champs-Elysées. Y caser 500 bécanes relève presque de la gageure surtout quand on y ajoute les utilisateurs, encore plus nombreux, devenus piétons une fois atteint le terminus.

Un maigre cordon policier nous y attendait ainsi qu’une délégation de l’UMP, à vrai dire pas très rassurée sur le coup. Bien inutilement car si ces motards sont en colère, ils ne l’expriment pas dans la violence mais dans la bonne humeur et la dérision.

Encore une fois, Francis (qu’il est décidément difficile de faire taire) a entonné sa harangue :

"Regardez nos motos. Ont-elles l’air de poubelles ? Avons-nous l’air d’être des inconscients à qui il faudrait rappeler tous les 2 ans d’entretenir leur machine pour qu’ils le fassent ?"

"Monsieur Mariani se moque de nous. Il ne connaît rien à la moto ni au scooter. La seule chose qu’il connaît, c’est le bruit que fera le tiroir-caisse de ses amis des organismes de contrôle." A Orange

"Que l’Etat montre l’exemple. Que Monsieur Mariani fasse une proposition de loi pour abaisser le taux de TVA sur les équipements de sécurité à 5,5 %. En Angleterre, il n’y a pas de TVA sur les casques. On ne nous fera pas croire que cela n’est pas possible en France !"

"Que Monsieur Mariani fasse une proposition de loi pour que l’Etat développe des actions de sensibilisation auprès des jeunes et de leurs parents pour les inciter à porter les bons équipements sur leurs véhicules."

"Que Monsieur Mariani fasse une proposition de loi pour obliger les Conseils Généraux à entretenir les routes et à les aménager en prenant en compte les spécificités des 2RM."

"Mais que Monsieur Mariani retire sa proposition de loi sur le Contrôle Technique. Elle est inutile et ne garantira jamais notre sécurité. Elle est une injure à notre bon sens et à notre responsabilité."

"... La FFMC est prête à prendre toute sa place dans la réflexion sur la sécurité des 2RM. Elle le fait chaque jour partout en France. Comme elle agit pour l’éducation routière de la jeunesse. Mais jamais la FFMC et les Motards n’accepteront les faux-semblants, les marchés de dupes et la poudre aux yeux."
"Retirez votre proposition de loi Monsieur Mariani et entendez-nous. Nous ne renoncerons pas."

Notre délégation a alors confié au représentant de Monsieur Mariani une splendide poubelle afin que notre député y range définitivement sa proposition de loi.

L’heure de la dispersion a sonné vers 17 heures.

Pas content !

Absent pour cause de voyage en Russie, Monsieur Mariani a fait savoir qu’il était disposé à recevoir une délégation de la FFMC 84 après les Municipales. Une rencontre préliminaire à celle qui aura lieu dans quelques mois et au cours de laquelle la FFMC nationale présentera ses propositions au député.

En attendant, la mobilisation continue. Ecrivez à vos députés pour qu’ils fassent pression sur Monsieur Mariani.

Et restez à l’écoute de la FFMC. Le CT n’est pas encore enterré !


Merci à Dédé07, à Machaing13 et à Joël Capra pour les photos.

Votre message

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?